performance happenning - commandé par l'Hôtel Communautaire de Noeux-les-Mines pour l'exposition de Kijno "La Chine Inspira Kijno"

Sur un grand papier froissé, mon corps devient pinceau. Mes cheveux trempés dans de l’encre, je trace les caractères chinois « 朝 zhao » et « 暮 mu », qui signifient : « le matin» et «le soir». Dans un poème chinois, on retrouve cette phrase : « Le matin, la soie noire; le soir, la neige ». Elle a pour sens ceci : au matin, on est jeune, on possède des cheveux noirs comme de la soie ; le soir, on est déjà vieux et les cheveux sont devenus blancs comme la neige. Kijno fait une évocation de la poésie chinoise lorsqu'il nous parle de « trajectoire de vie ». C'est ainsi qu'il dit : « On naît froissé, on meurt froissé... ». Je tente à ma manière de prolonger le questionnement philosophique de Kijno : le trait sera noir, sur du papier froissé. ---- Kaixuan Feng